Tour Culturel de Marodoka, Nosy Be

Découvriez la culture, les traditions locales du village ainsi que la faune et la flore (patrimoine végétal) aux environs de la Réserve Naturelle de LOKOBE afin de vous orienter vers les endroits où on voit une vraie vie quotidienne et la beauté de la nature et du peuple Sakalava. Balade au cœur du village pour visiter la Maison de fantôme, Mosquée de vendredi qui est la première mosquée de Madagascar, Mosquée rapide des esclaves africains, cimetière indien du 17ème siècle, case indienne, etc. Après la découverte des patrimoines historiques du village, présentation des danses traditionnelles exceptionnelles animées par les femmes de l’Association RAVINALA de MARODOKA. Dégustation du Soft drink traditionnel et typiquement Marodoka.

Un peu d’histoire :
Les Sakalava Zafinifotsy (descendants de l’argent, c’est-à-dire de la deuxième épouse ou de la concubine d’un roi) étaient les premiers habitants d’Ambanoro appelé aujourd’hui Marodoka. Site visité de façon épisodique à partir du IXème siècle, le village est fondé au XVème siècle par des commerçants indiens et arabes. La ville était jadis très prospère et plus importante que Hell-Ville (première ville de Nosy Be). On y vend de l’or, des esclaves, des épices et des carapaces de tortue. La communauté indienne est majoritairement regroupé à Ambanoro et noue une forte relation commerciale avec Bombay et Zanzibar (place forte portugaise de 1503 à 1730, Zanzibar est ensuite devenu un sultanat omanais, qui connaît alors un grand essor). En 1849, la vague de mécontentement contre les français, consécutive à l’abolition de la traite des esclaves, part de ce village. En 1873, la prospérité de Zanzibar est brisée par la suppression du marché aux esclaves. Ambanoro compte 1600 habitants en 1882. En 1884, le trafic clandestin d’esclaves avec l’Afrique y existe toujours.
PATRIMOINE VEGETAL, 80% des plantes = Endémiques et médicinales Exemples : « Harungana Madagascariensis » La gomme colorée qu’exsude cet arbre entre dans la préparation d’un onguent contre la gale. Les feuilles sont exploitées en pharmacie pour stimuler les fonctions digestives, apaiser les douleurs intestinales et gastriques. « Aphloia theaformis » (Voafotsy) Consommer ses feuilles en tisane à longueur de journée pour combattre les séquelles du paludisme.